Bilan des Grands Voisins – 2015-2020

Publié le Publié dans A la Une, Au programme

Intentions initiales, impacts réels et beaux imprévus, essaimage et perspectives


Les Grands Voisins
2015-2020
Fabrique de biens communs
Ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul
72-82 avenue Denfert-Rochereau, Paris 14è


Téléchargez ou consultez :
Le “Dossier de clôture de l’expérience – Septembre 2020”

En 2015, on annonçait « Ouvrir avec audace et générosité un espace temporairement vacant ». À ce moment-là, nous avons choisi un nom : « Grands » comme l’ambition de partager des valeurs d’hospitalité et de générosité. « Voisins » comme un lieu d’échanges et de sociabilité, un espace-temps pour tester, dans le réel, la rencontre de publics différents et les questions de solidarité au quotidien.

Cinq ans plus tard, à la veille de la fermeture du site, nous mesurons la réalité des impacts, nous regrettons certaines choses mais nous apprécions l’éclat des moments vécus, et surtout les belles surprises. Nous réalisons aussi l’étendue des efforts qui sont à mener, partout ailleurs, ensemble. L’expérience est belle, probablement imparfaite, très certainement infinie. Pour la suite, c’est à chacun de nous de se saisir de ce qui est compris, appris, partagé, vécu et aimé ici. L’histoire peut continuer de s’écrire et se prolonger ailleurs, pour plus longtemps.

Alors, à vous !

© Yes We Camp


Quelques chiffres

  • 3,4 hectares vides dans Paris intra-muros à nouveau utiles pendant 5 ans.
  • 2 000 personnes vivent et/ou travaillent sur place.
  • 1 000 personnes en hébergement d’urgence sur site.
  • 46 500 personnes reçues à l’accueil de jour pour demandeurs d’asile et réfugiés
  • 250€/m2/an TTC CC de surface nette pour des atelier/bureaux au cœur de Paris.
  • Des dizaines de secteurs professionnels représentés
  • Par an, 300 événements culturels, éducatifs et artistiques gratuits proposés à plus de 600 000 visiteurs.
  • Plus de 5 000 bénévoles impliqués en 5 ans
  • 2M d’€ de gestion annuelle sur un budget commun entre les 3 organisations de pilotage.
  • Des dizaines d’expériences similaires développées en France
    influencées par le projet.

Téléchargez ou consultez :
Le “Dossier de clôture de l’expérience – Septembre 2020”


© Yes We Camp


Le sommaire du dossier de clôture

→ Histoire du site et présentation des coordinateurs de projet

→ Cinq années d’expérience collective

  • Ampleur de l’expérience et enjeux
  • Contexte, montage & partenaires

→ Dix intentions transformées en actes

  • Rendre utile des espaces provisoirement désaffectés
  • S’installer et vivre en cohabitation
  • Faire une place aux personnes en situation de précarité en cœur de ville
  • Ouvrir des espaces de travail pour des pratiques émergentes
  • Proposer un lieu d’expériences culturelles et artistiques gratuit
  • Favoriser les interactions entre les différents métiers et disciplines
  • Offrir des cadres d’implication citoyenne
  • Faire avec ce qu’on a, en fonction du temps disponible
  • Construire un modèle d’économie et de gestion réactif
  • Transmettre l’expérience et inspirer ailleurs 

→ Impact local, essaimage et perspectives

  • Où vont les voisins de la communauté ?
  • Des projets similaires en France et en Europe ?
  • Perspectives de société


Conclusion :
Le plus grand risque pour la société serait de perdre la possibilité d’essayer

Nous sentons les écueils du développement de « villes-aéroports », avec toujours plus de techniques, d’experts, toujours plus d’écrans, de contrôles, toujours plus de chacun pour soi et de mécaniques à la recherche du risque zéro. Elles produisent non seulement des surcoûts à long terme, mais aussi une désincarnation des pratiques, de la fragmentation sociale, une défiance permanente, un sentiment d’impuissance généralisé.

Alors, comme nous avons pu l’inventer et le réaliser ici, il y a urgence à faire qu’ailleurs, ces groupes, ces manières de faire et ces lieux, autogérés, hybrides, émergents, insaisissables, spontanés, imparfaits, sans doute imprévisibles, soient accueillis, encouragés sur la durée et soutenus par les pouvoirs publics.

Utilisons les espaces « disponibles » pour les faire émerger. Nous avons beaucoup à gagner, à tenter d’établir des espaces de confiance mutuelle, à prendre le risque, ensemble, d’essayer de nouvelles manières, plus soutenables et solidaires d’habiter le monde. Construits de manière inclusive, portés par la société civile, ces « lieux infinis » sont révélateurs de nos capacités collectives à s’organiser différemment.

Ils sont de puissants moteurs pour la transition sociale, culturelle et écologique qui s’annonce, car le plus souvent, ils essaient d’opérer avec joie, partage, poésie et beauté.


Téléchargez ou consultez :
Le “Dossier de clôture de l’expérience – Septembre 2020”


La F.A.Q de fin :

  • Que deviennent les bâtiments des Grands Voisins à la fermeture ?
  • Où vont les personnes hébergées dans les centres ?
  • Où vont les personnes de l’accueil de jour pour demandeurs d’asile ?
  • Où vont les structures dont les locaux sont installés aux Grands Voisins ?
  • Comment sont accompagnées les structures à ce départ ?
  • Que deviennent les 3 coordinateurs du projet ?
  • A quoi sert un projet “éphémère”?
  • Pourquoi partir et ne pas rester sous forme de “squat” ?

→ Toutes les réponses par ici


Partager le billet Facebooktwitter
Suivre les Voisins Facebooktwitterinstagram