Essaimage

ESSAIMAGE

Des réponses aux enjeux de la ville contemporaine

Les Grands Voisins figurent parmi les plus grandes occupations temporaires en termes d’usagers, et poussent à un degré inégalé la mixité des fonctions et la diversité des publics sur un même site. Au service de ses occupants et de la collectivité, ce projet prouve que des espaces-temps jusqu’alors peu valorisés peuvent répondre aux défis de notre société. Les Grands Voisins contribuent à repenser la place de l’hébergement d’urgence et de la lutte contre la précarité dans la ville. Faisant le pari de la mixité et du partage, et fédérant des ressources de toutes natures, ils tissent des liens entre les centres d’accueil et de soins et la ville, et accompagnent l’accès à l’autonomie des personnes qui y résident.

Les Grands Voisins constituent un accélérateur pour des activités de toutes sortes, en particulier celles ayant le plus difficilement accès à des espaces de travail, en leur offrant un cadre de création, d’expérimentation et de collaborations. Rencontres improbables et entraide sont les maître-mots de cette nouvelle manière d’envisager le travail et sa contribution à la société. Les Grands Voisins, c’est aussi le partage par tous les publics d’un espace public inédit, qui redonne une place centrale à l’humain, à l’interaction, au bien-être et à la culture sous toutes ses formes. Les Grands Voisins, c’est enfin la recherche de synergies et la capacité à inventer collectivement des manières de mieux vivre ensemble.

Inspirant, ce genre de projet se développe dans d’autres lieux, à Paris, à Marseille, mais également dans de plus petites villes :

Les 5 toits (Paris, 16è)
Investie en septembre 2018 par l’association Aurore pour une occupation temporaire de 2 ans, cette ancienne caserne de gendarmerie accueille aujourd’hui plus de 300 personnes, dont 250 réfugiés et demandeurs d’asile. Elle offre également 50 places pour des familles en situation d’urgence. En collaboration avec Plateau Urbain, des locaux sont mis à disposition pour les acteurs associatifs, culturels et du monde de l’économie sociale et solidaire dans un objectif de mixité des usages et des publics.
– Plus d’infos
– Page Facebook

Dans la presse :
“Le petit frère des Grands Voisins planqué dans une ancienne caserne de gendarmerie du 16e arrondissement.”
TimeOut, 1 juillet 2019
“Le Paris alternatif – épisode 2/03 – Le 16e s’en friche”
Le Bonbon, 24 janvier 2019
“Paris : réfugiés, précaires et riverains s’engagent ensemble dans l’ex-caserne”
Le Parisien, 5 janvier 2019

Le Bastion de Bercy (Paris, 12è)
Centre d’hébergement d’urgence (CHU) modulable et démontable ouvert par l’association Aurore fin 2017, le Bastion de Bercy a une capacité d’accueil de 308 places. Sa mission est d’héberger et d’accompagner des familles et des adultes isolés.
Le centre est ouvert sur le quartier dans une volonté de créer du lien. Avec l’appui de Plateau Urbain, 250m² d’espaces sont dédiés à des acteurs à impact positif social ou environnemental. Ces acteurs soutiennent le fonctionnement et la mission du centre en apportant à son public et au quartier des opportunités d’ouverture et de rencontres. Une programmation culturelle et artistique est également proposée ponctuellement au public extérieur, en plus de la programmation régulière destinée aux résidents du centre.
– Plus d’infos

Dans la presse :
“Paris : 31 familles SDF déjà au chaud au Bastion de Bercy”
Le Parisien, 14 décembre 2017

→  Coco Velten (Marseille)
Occupation temporaire des locaux de l’ancienne Direction des Routes à Marseille, ce bâtiment de 4000m² appartenant à l’Etat est en cours de rachat par la Ville de Marseille, une procédure qui devrait s’achever fin 2021. En attendant, la Préfecture invite des acteurs de la société civile à y déployer un projet temporaire alliant des fonctions sociales, économiques et culturelles. Coco Velten est piloté par trois structures de l’économie sociale et solidaire : l’association Groupe SOS Solidarité, pour la gestion du foyer et l’accueil des personnes vulnérables, la coopérative Plateau Urbain pour le choix et l’animation de la communauté d’acteurs économiques présente sur le site et l’association Yes We Camp pour la direction globale du projet et l’ouverture au public.

– Plus d’infos
– Page Facebook

Dans la presse :
“Marseille : “Coco Velten” un espace qui prépare l’avenir du vivre ensemble”
DestiMed, 20 avril 2019
“« Coco Velten » : un nouveau lieu de mixité sociale à Marseille”
Mr Mondialisation, 19 octobre 2018
“Tiers-lieux : Les Grands Voisins débarquent à Marseille”
We Demain, 28 septembre 2018

→ Ancien hôpital Saint-Gabriel de Autun (Saône-et-Loire)
Édifice du XVIIIe siècle, sa réhabilitation a un intérêt stratégique et urbain pour la ville d’Autun : il fait la liaison entre le centre-ville et le quartier de la Croix-Verte. Un ambitieux projet transversal et pluridisciplinaire est pensé dans les locaux vacants. Il aura un axe autour de l’économie sociale et solidaire. Le fonctionnement devra s’articuler autour des associations solidaires déjà présentes, de la relocalisation de structure associatives, de l’éducation et de la création artistique. Un des objectifs est de favoriser les échanges entre quartiers et de les décloisonner.
– Plus d’infos

Dans la presse :
“Quand un hôpital désaffecté devient un lieu de vie culturel et social”
La gazette des communes, 27 novembre 2018

Un des Lieux Infinix du Pavillon français – Biennale d’architecture de Venise 2018

Les Grands Voisins faisaient partie des 10 Lieux infinis présentés de mai à novembre 2018 dans le Pavillon français de La Biennale di Venezia. Les Lieux infinis sont des lieux pionniers qui explorent et expérimentent des processus collectifs pour habiter le monde et construire des communs.

Les 21 et 22 septembre 2018, une délégation de Voisins (résidents des centres d’hébergement, structures occupant des locaux sur le site et membres de l’équipe de coordination) étaient sur place pour deux jours d’échanges et de vie partagée pour ensemble, avec le public et les invités, mieux identifier leurs processus et encourager d’autres déploiements similaires.

Retour sur les Voisins à Venise

Contexte de la Biennale :

Extrait de la préface de de Pierre Buhler, président de l’Institut français, “Lieux Infinis – Construire des bâtiments ou des lieux ?”, sous la direction de Encore Heureux

“La Biennale d’architecture de Venise 2018 a mis en avant une dimension de l’architecture sans doute un peu négligée et pourtant si fondamentale, “la prévenance”. Notre attention, notre regard souvent orienté sur l’objet construit ou à construire n’insiste pas assez sur cette disposition qui va au-devant des besoins, des désirs d’autrui. “Faire preuve de, ou manquer de prévenance” serait le moyen de mesurer la qualité de ces lieux d’accueil ou de passage, d’en mesurer “la générosité”. Le thème Freespace, proposé par Yvonne Farrell et Shelley McNamara – à qui a été confié le commissariat de cette biennale – met bien l’accent sur “la générosité et la prévenance de l’architecture”, en insistant sur les notions “d’optimisme, de continuité et de désirs d’échanges”. Freespace doit être un lieu d’opportunités, un espace démocratique, non programmé et libre pour des utilisations non encore définies, de sorte que les bâtiments créent des nouveaux moyens de partage et d’engagement avec les personnes au fil du temps, longtemps après que l’architecte lui-même a quitté la scène. Des lieux en quelque sorte infinis !

(…)

Cette notion d’infini pour des lieux nous oblige à changer notre regard. Elle nous amène à considérer que ces lieux seraient non finis, acceptant en cela l’imprévu dans leur usage et, par conséquent, les multiples possibilités de leur appropriation.

L’agence Encore Heureux, qui portait ce projet “Lieux Infinis”, a choisi d’associer 10 lieux en France qui incarnent ces nouveaux modes de faire et qu’elle considère inspirants pour ce qu’ils créent sur et avec leur territoire : Les Grands Voisins, Le Centquatre, l’Hôtel Pasteur, la Grande Halle, les Ateliers Médicis, la Friche la Belle de Mai, le Tri postal, le 6B, La Convention et la Ferme du Bonheur.

(…)”