Le modèle économique

Aurore, Plateau Urbain et Yes We Camp ont élaboré un modèle original pour mettre en oeuvre l’expérience des Grands Voisins :

L’association Aurore bénéficie d’une mise à disposition à titre gracieux du site, tout en ayant à sa charge les frais de gestion et d’entretien. Ainsi, plus d’un million d’euros par an en frais de sécurisation ont été économisés par les propriétaires qui se sont succédés : l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Établissement public foncier d’Ile-de-France (EPFIF) et l’aménageur Paris Batignolle Aménagement (PBA). Cette mise à disposition est encadrée par une convention d’occupation temporaire.

Pendant la Saison 1 des Grands Voisins (2015-2017), chacune des structures coordinatrices du projet avait ses propres dépenses et recettes. La prolongation de l’expérience des Grands Voisins (2018-2020) a été l’occasion de renforcer la collaboration entre les trois structures pilotes avec la mise en place d’un budget commun, permettant de répondre aux besoins de gestion, d’investissements et de fonctionnement du projet.

 

 

Les Grands Voisins constituent une expérience urbaine basée sur l’équilibre de trois grands programmes : un volet social avec de l’accueil de personnes en hébergements d’urgence et des programmes de réinsertion, un volet entrepreneurial avec la mise à disposition à bas coûts de locaux de travail, et un volet culturel et ouverture au public, avec une programmation et des commerces en rez-de-chaussée. Le rôle du pilotage est de s’assurer du bon équilibre entre ces programmes et d’encourager la cohésion et les collaborations multiples.

Chacun des aspects du projet constitue une économie en soit : l’association Aurore perçoit une somme allouée par l’État à la création de places d’hébergement d’urgence et d’accueil, les entreprises et associations installées dans les locaux de l’ancien hôpital ont toutes leurs ressources et leurs chiffre d’affaire, et les commerces constituent l’économie locale des Grands Voisins en générant des recettes directement sur place.

Chaque programme contribue à sa manière au financement du projet. Cette contribution s’élève annuellement à 300k€ pour le bloc accueil social (contribution aux charges payées par les hébergements), 850k€ pour les activités de bureaux (contribution aux charges, payées y compris par Aurore et YWC pour leurs activités), 450k€ pour les activités marchandes (part de C.A des restaurants, vente de service de la conciergerie). A ces trois blocs s’ajoutent les activités de privatisations de salles, qui financent le projet à hauteur de 160k€, et des subventions, qui permettent d’atteindre l’équilibre économique.

 

Les recettes proviennent des contributions aux charges payées par les occupants et les centres d’hébergement ainsi que des recettes commerciales et privatisations d’espace pour des locations à court terme.

 

 

Les dépenses sont principalement constituées d’investissement pour les aménagements des espaces communs, des salaires de l’équipe de coordination (20 ETP) ainsi que des dépenses de fonctionnement (maintenance du site, sécurité, programmation artistique, entretien courant).

 

 

L’équipe de pilotage constituée des associations Aurore et Yes We Camp et de la coopérative Plateau Urbain est garante des équilibres budgétaires du projet.

Pour maintenir l’équilibre financier du projet, la participation des occupants s’élève à 250€/m²/an, charges et taxes comprises sur l’essentiel des espaces, certains ateliers et espaces atypiques étant mis à disposition à tarif réduit.

Une réflexion particulière a été menée sur les boutiques, destinées à des projets émergents ou récemment créés : un loyer progressif a été établi pour leur permettre de s’implanter dans de meilleures conditions et suivre le rythme de leur développement. La progression est de 8% tous les 6 mois.